Infos Dernières

Infos Dernières

Pour suivre toutes les infos du Club

11/08/16 - 09h09  |  Aujourd’hui, nous souhaitons un très bon anniversaire à notre Président André Rostol !

 

08/08/16 - 09h08  |  En ce 8 Août, nous souhaitons un excellent anniversaire à notre nouveau coach, Laurent Sciarra, ainsi qu’à notre directrice Elsa Toffin-Danflous.

 

12/07/16 - 09h16  |  Coach interview  : l’unique ! Interview de Laurent PLUVY après sa formidable saison 2015-2016  à l’ALM EVREUX BASKET MHD : Bonjour Laurent. Merci de m’accorder cette interview.   Laurent : C’est normal. Il n’y a pas de souci.   MHD : Je vous le dis d’entrée : je suis absolument fan de la façon dont vous coachez.    Laurent : C’est gentil.   MHD : J’aime bien. Je comprends tout ce que vous dites : qu’il faut se relâcher tout en restant concentré, qu’il faut prendre du plaisir à jouer, que les choses ne sont pas graves et qu’il faut passer outre. Quels sont vos principes de coaching ?   Laurent : J’essaie de mettre les joueurs dans les meilleures dispositions. C’est vrai que je leur laisse pas mal de liberté et, en même temps, je leur laisse un cadre qu’ils ne doivent pas dépasser. Il y a des joueurs qui ont plus de liberté que d’autres car ils ont la capacité de faire plus de choses et de prendre un peu plus de risques. Après, ce qui m’intéresse, c’est d’être assez proche avec les mecs, c’est à dire qu’on a le droit de s’amuser, de déconner, d’avoir le sourire. Et quand on met le pied sur le terrain, on fait la même chose, mais en même temps, il faut qu’on soit le plus sérieux possible parce qu’on fait notre métier et qu’on doit le faire bien. Cela n’empêche pas de le faire dans la bonne humeur et avec convivialité mais avec le maximum d’investissement.   MHD : Les joueurs me l’ont tous dit : le coach est très positif et nous poussent à aller de l’avant. Comment fait-on pour rester toujours positif ? Parce qu’il y a quand même eu de sales moments !   Laurent : Je ne l’ai pas toujours été ... Malgré tout, il n’y avait aucune raison de ne pas rester positif puisque les gars ont répondu à 90% à nos attentes. Ils ont eu un super niveau de jeu aussi bien individuellement que collectivement. Ils ont adhéré à ce que je leur avais proposé. Ils se sont très très bien entraînés et il n’y a pas eu d’écarts. Les mecs ont été irréprochables durant la saison. Rien que ça, c’est déjà plus facile. Et puis après, c’est aussi essayer de leur transmettre que ça ne sert à rien de s’énerver, de s’exciter. Quand on fait les choses correctement, on a le droit d’échouer mais on se donne aussi plus de chances de gagner, de s’épanouir et d’avoir des résultats. J’ai essayé de leur transmettre ça et c’est vrai que sur l’année, globalement, ça a été super positif.      MHD : On arrive en finale des Playoffs. Donc, oui, c’est super positif. Et le fameux panier de Bastien PINAULT qui nous qualifie pour la finale, c’est le panier de quelqu’un qui est ultra positif et qui se dit : puisque je n’ai plus à rien à perdre, allons-y, essayons. (Ce panier d’extra-terrestre au buzzer de Bastien qui nous permet de revenir à 94 partout lors de la demi-finale - la Belle - des Playoffs le 4 juin 2016 contre BOULAZAC et de gagner après prolongation 114 à 107)       Laurent : C’est un alléluia ! Il n’y a plus que ça à faire. Il n’y a même pas de réflexion à avoir dans ce genre de situations. Encore faut-il le mettre ! Ce geste vient valider le plaisir qu’on a pu prendre cette année, l’enthousiasme que les mecs ont eu en prenant des risques, et souvent des risques payants.   MHD : Ah bah ... Si on n’ose pas, il ne se passe pas grand-chose ! Je crois que tout le monde est d’accord là-dessus.   Laurent : Exactement. On a essayé de jouer un basket ultra offensif avec beaucoup beaucoup de prises de risques mais des prises de risques calculés par rapport à la qualité des joueurs.   MHD : J’ai trouvé que c’était une très belle saison, avec de très beaux matches. On sentait que les types s’entendaient bien. Tout ce que vous me dites, je l’ai vu et je l’ai ressenti. Je l’ai entendu aussi. Ça a été un grand plaisir de suivre cette équipe. Un petit mot quand même sur le dernier match - la finale retour des Playoffs contre LE PORTEL qu’on a perdue. Ils étaient complètement épuisés ?   Laurent : Oui. Je pense qu’ils étaient complètement crevés dans tous les sens du terme. Plus d’essence comme on l’a déjà dit. Nerveusement, ça été très très très dur ces Playoffs. C’est un match toutes les 48 heures avec un joueur en moins (Babacar NIANG). C’est énormément d’efforts, énormément de tensions. En plus, face à BOULAZAC, on a ce happy-end un peu surréaliste. On dispute une finale de Playoffs que personne n’a fait, à l’exception de Bastien PINAULT. Il y a la télévision. Et c’est vrai que ça a mis beaucoup de stress, beaucoup de pression, beaucoup de nervosité, beaucoup de fatigue. Ajouter à cela, une équipe du PORTEL en face de nous, ultra agressive, ultra compacte et qui nous a vraiment fait mal physiquement. C’est une sortie qui est douloureuse mais complètement logique par rapport à tous ces évènements.    MHD : Effectivement, je voyais bien qu’ils déclinaient au fil des matches de Playoffs. Et déjà, lors du match aller face au PORTEL, j’ai senti que la jauge était à zéro.   Laurent : Oui.   MHD : Ici, on s’est ému du fait que vous ayez préféré vous exiler à ROANNE plutôt que de continuer avec l’ALM EVREUX BASKET, finaliste des Playoffs. Mais je pense que c’est une décision tout à fait réfléchie de votre part.   Laurent : Oui bien sûr. Le choix a été fait dès le mois d’avril quand le club m’a demandé de me positionner. Bien avant, on avait déjà eu des discussions pour savoir qu’elle aurait pu être l’évolution de l’effectif et du club dans les années à venir. Et au moment où j’ai décidé de ne pas continuer, tout en laissant la porte ouverte tant que je n’avais pas de club, je savais très bien que l’aventure allait se terminer cette année. Je l’ai su entre janvier et avril par rapport aux discussions que nous avons eues. Et ensuite, la proposition de ROANNE est juste impossible à refuser pour moi. C’est tout près de ma région d’origine qui est le Lyonnais. Et c’est un club historique. Il y a deux clubs qui me font rêver en FRANCE, c’est forcément VILLEURBANNE - dans lequel j’ai joué (de 1992 à 2000) et que j’aimerais un jour pouvoir coacher - et puis, c’est la Chorale de ROANNE qui bénéficie d’une structure juste incroyable et qui est une vraie structure de Pro A. Les moyens financiers y sont supérieurs, les ambitions y sont plus hautes. C’était impossible de refuser ce genre de challenge. Tout est réuni pour moi sportivement et émotionnellement.    MHD : En résumé, même si on gagne les Playoffs et qu’on monte en Pro A, vous ne regrettez pas votre choix.   Laurent : Absolument pas. J’aurais vraiment été ravi d’emmener EVREUX en Pro A. Ça aurait été la Légion d’Honneur. Le choix de la Chorale n’est pas qu’un choix sportif, c’est aussi un choix de vie et c’est aussi un choix de coeur. J’ai tout réuni dans un même projet et pour moi, c’est crucial. Au-dessus, il y a VILLEURBANNE. Dans mon ambition personnelle, c’est juste un truc fantastique ...   MHD : Laurent, je vous laisse le mot de la fin.   Laurent : Comme je l’ai dit à la mairie hier, j’ai passé une année extraordinaire que ce soit avec les joueurs, le staff, les bénévoles du club, les dirigeants, les supporters. Tout le monde m’a accueilli les bras ouverts. J’en garderai un excellent souvenir. C’est rare les années où tout se combine superbement, où il n’y a aucun problème, où tout est fait pour que ça se passe bien. C’est assez exceptionnel. Ça a duré dix mois mais ça a été dix mois de pur bonheur.   MHD : Pour moi aussi, pour nous tous je pense.   Laurent : C’est génial. C’est le retour de toutes les personnes à 90%. Et j’en suis satisfait parce que ce qui m’intéresse, c’est de donner du bonheur aux gens. La vie est assez dure pour ne pas se faire chier au basket. Et si on peut gagner, c’est encore mieux.    MHD : C’était réussi à 2.000 % ! Je vous ai vraiment beaucoup apprécié et je vous remercie pour cette interview. Bon courage et bonne chance !   Laurent : Merci beaucoup. Merci. Au revoir.   MHD : Au revoir.   MHD  
 

 

11/07/16 - 17h23  |  Interview TitCoucou de Steeve Ho You FAT (en visite lors de la finale aller des Playoffs contre Le PORTEL du mardi 7 Juin 2016)Ta saison 2015/2016 à ORCHIES : Je finis bien ma saison car j’arrive à sortir du lot (sur 34 matches joués : 11,5 points marqués - 4,6 rebonds - 1 passe décisive). Malheureusement, et même si je me suis bien "débattu" - notamment en deuxième partie de saison - cela ne change rien au résultat final. Avec ORCHIES, on finit dernier du championnat de Pro B et relégué en N1 la saison prochaine. C’est la première fois dans ma carrière que ça m’arrive. Et même si je m’en sors bien, ça ne me fait pas plaisir. La saison prochaine : Je suis encore sous contrat pour un an avec ORCHIES. Pour l’instant, on discute avec les dirigeants et le coach. L’avenir du club décidera de mon avenir car financièrement, ORCHIES a déjà connu quelques galères. Mais mon retour à EVREUX n’est pas à l’ordre du jour ! Capitaine à ORCHIES ? Capitaine tout court ? J’ai pensé au capitanat pour la saison à venir à ORCHIES. Ce serait intéressant de vivre ça. Après, mon caractère relève plus du guerrier sans tête qui se bat sans vraiment réfléchir, qui y va à l’instinct, qui suit quelques ordres et se rebelle parfois ! Pour l’instant, je pense que je n’ai pas encore les épaules pour ça. Mais ça s’apprend et j’aimerais bien un jour en avoir les capacités. En plus, c’est un rôle que j’adore. J’ai toujours respecté le capitaine. Et cette saison 2015-2016, Pierric POUPET a été un très bon capitaine pour ORCHIES. J’ai ainsi pu voir comment il avait géré l’équipe, le club, etc, et honnêtement, c’est un rôle que j’aime bien. Choisir un capitaine, ce doit être une évidence pour tout le monde. Tu vois ce que je veux dire : on sait que c’est cette personne. Donc, si un jour ça devait m’arriver, j’aimerais que ça vienne de l’équipe et que ça se fasse naturellement. En tout cas, sans te mentir, je vais t’avouer que cette année, j’y ai beaucoup pensé, je me suis beaucoup imaginé en capitaine. Et j’aimerais bien que ça m’arrive un jour. D’ailleurs, j’ai commencé à bosser sur mon caractère pour être plus à l’écoute, plus professionnel tout simplement, être quelqu’un sur qui on peut s’appuyer à n’importe quel moment. Je pense que ce sont les critères pour être capitaine ou une personne importante dans l’équipe. Quelques mots sur le match (on a perdu 83 à 92) et les Playoffs : Depuis que j’ai quitté EVREUX (c’est à dire depuis la saison 2013-2014), ça a été très difficile de retrouver ce genre d’ambiance. J’ai donc ressenti beaucoup d’émotion en assistant à cette finale aller des Playoffs contre LE PORTEL. Quand je suis arrivé devant la salle, ça m’a tout retourné. Lahaou KONATÉ a, lui aussi, ressenti la même chose. Il n’y a qu’ici - et on va dire également LIMOGES - pour me mettre dans cet état ! Mais ici, c’est vraiment incroyable ! Et ça m’a rappelé tellement de choses ... J’avais envie d’être sur le terrain !!! Concernant le match, bien sûr, le manque de rotations (blessure Babacar), ça pèse surtout en Playoffs contre LE PORTEL, une équipe hyper agressive, hyper physique. Et quand on appuie sur certains joueurs au cours du match, à la fin, c’est dur, il y a de la fatigue.  Mais les joueurs d’EVREUX se sont très très bien battus. Ils ont très très bien défendu. Ils n’ont pas pris 100 points. Il faudra faire attention au match retour car LE PORTEL a vraiment fait tout ce qu’il fallait pour l’emporter ... Ils ont notamment fermé BURTON ... Malgré tout, c’était un bon match. C’est vrai que la victoire aurait fait plaisir. Honnêtement, il y avait deux grandes équipes sur le terrain qui se sont bien battues jusqu’à la fin. C’est l’équipe la plus forte qui a gagné. Il n’y a pas eu de hold-up. LE PORTEL a bien géré en restant très calme et très patient - malgré quelques coups d’éclat d’EVREUX en fin de match - et a toujours su revenir au score. C’est comme ça qu’on gagne les matches. Les Portelois ont d’ailleurs joué ainsi toute l’année. Par conséquent, rien d’étonnant à ce qu’ils soient encore si solides à ce stade des Playoffs.  Les Playoffs, c’est génial ! Si possible, à vivre chaque saison ! C’est un autre championnat où le temps n’existe plus et où il faut tout donner, où il faut passer chaque étape, quoi qu’il arrive ! C’est un compte à rebours où il ne faut plus penser à rien, à part détruire l’adversaire. Je te rappelle que j’ai découvert les Playoffs à EVREUX pour ma première année (saison 2011-2012). C’est un réel plaisir de jouer les Playoffs. J’adore ça !   Merci Steeve et à bientôt ! MHD

 

11/07/16 - 09h15  |  MHD Productions présente Tout le monde est là ? « Lalalalala La Lalalalala La ! » 1. PRÉSENTS  !!!!!!!!! Tu parles que tout le monde est là !!! « On est en Finale, on est en Finale, on est, on est, on est en Finale !!! »  S’il vous plaît, je vais faire l’appel !  « Elle va faire l’appel, elle va faire l’appel, elle va, elle va, elle va faire l’appel ! » Elle, c’est Martine APERS, secrétaire du 6ème Homme, et performante organisatrice du voyage de la dernière chance ... Effectivement, ce vendredi 10 juin 2016, à 14 heures sonnantes, cherchez pas les supporters de l’ALM EVREUX BASKET ... Ils sont tous dans les bus qui les emmènent assister à la Finale des Playoffs au PORTEL. On a perdu le match aller, on espère que ça va aller ce soir et qu’on va conclure Dimanche à la maison. Ce serait grandiose ... Y croire on ose !!! Onze ans qu’on n’en était pas arrivé là. Lalalalala La Lalalalala La !  Pour l’occase, c’est grâce à Monsieur notre Maire Guy LEFRAND et son adjointe aux sports, Diane LESEIGNEUR, que nous nous déplaçons dans 2 bus MONDDIA VOYAGES car nous sommes tout plein à pas vouloir manquer l’évènement ! Et pas pour faire du vent mais bien déterminés à mettre une ambiance couvrant la fanfare Porteloise. C’est tout à fait dans nos cordes !!!  Maintenant, j’ai mes petites habitudes et je sais qu’Adrien m’a gardé une place à côté de lui. J’apprécie. Merci. C’est un bus électrique qui démarre. L’ambiance est à la hauteur de l’enjeu ... On est tous en Jaune et Bleu. « Ici, ici, c’est EVREUX ! Ici, ici, c’est EVREUX ! » Paraît que The Présidentiel Bus est plus calme. Le Bus Présidentiel, c’est le deuxième bus dans lequel se trouvent Michel - l’ex - et Lejo - l’actuel.   De notre côté, on répète sans relâche : « Aux armes !!! Aux armes !» « On vient ! On gagne ! Et on s’en va ! » Une nouvelle chanson  a même été écrite spécialement juste pour ce moment  historique : « Supporters d’EVREUX Ce soir on va chanter Pour encourager l’ALM EVREUX allez Tous ensemble pour la victoire on va chanter La la la la la » S’agit pas de se faire allumer quand on va prendre feu !!!!Faut avoir du répondant pour rentrer dedans !!!! Martine profite d’une micro accalmie pour rappeler avec force conviction, les règles du Fair Play à respecter absolument. C’est inscrit dans la Charte des supporters, c’est inscrit en Jaune et Bleu et c’est du très sérieux : pas de gros mots, pas d’insultes, pas de bagarres. Dans le bus, on boit que des sodas. « Lalalalala La Lalalalala La ! » D’ailleurs, on est tous bien arrimé à ces principes : c’est juste du sport ... pas de quoi faire des morts !!! Je pense à rien en particulier ... Qu’est-ce que vous croyez !!!!!!! Voilà. On est heureux, joyeux mais pas dupes. On sait tous que pour durer encore un match après celui-là, faudra taper dans l’dur. Voici donc l’équation mathématique, le grand HIC : si ce match est pas beau, on jouera pas la Belle contre LE PORTEL. Le match aller déjà perdu sera-t-il suivi d’un match sans retour de la part de nos joueurs ? Sans doutes, pas de suspense, pas d’adrénaline, pas d’émotions extrêmes. Je me laisse transporter dans ce moment magique. "Allez allez EVREUX Allez les Jaunes et Bleus Ce soir on est venu chanter Et on lâchera jamais ! "   Carl REED, le père de Drake, nous accompagne. On le fout en "marcel" pour mieux le déguiser en nous. Le v’là rhabillé. Tout jaune et tout sourire ! Il me l’avait dit précédemment qu’il serait là pour la finale. Allez hop, tout l’monde à ch’val ! L’effervescence gagne encore du terrain lorsqu’on arrive. 2. ABSENTS !!!!!!!!! "Allez EVREUX, tes supporters sont là !" La vague Jaune et Bleue déferle sur les rivages Verts et Blancs ! Tous en salle ! "Tous ensemble tous ensemble hé hé hé !" Comment ça, les cornes de brume sont interdites ? Comment ça, si on les entend rugir pendant le match, on est puni par leur confiscation ? Quelle con...fiscation ?!!!!!! Pas grave. Pour rester dans le tempo, on la jouera vocal hurlant ! "Quand l’ALM se met à chanter, c’est toute la salle qui va s’enflammer ! Allez allez allez allez !" "Et ils sont où et ils sont où et ils sont où les Portelois ? Ils sont partout. Ils sont des milliers à s’être déplacés, des milliards à espérer la victoire. Tu me crois pas ! T’as tort ! Je les ai comptés. En face, c’est chouette. Il nous faut admettre que la fanfare de brume des supporters adverses se reflète avantageusement  "Dans les yeux d’Émilie" et c’est très joli. Ça y est. On est installé. J’ai soif ! Fontaine, je boirais bien de ta bière ! Un p’tit rafraîchissement Martine, ma très chère ?! Hummmm ... Fais du bien ! Espérons que nos joueurs soient aussi frais ! Bah non ! Consternation ! Y moussent plus. Y sont éventés. À plat ! Les Portelois nous mettent 16 points dans la gueule au premier quart ! KO qu’on est !  Mais qu’est-ce qui foutent ? Qui c’est qu’a parlé de foot ? Là, c’est du basket. Mouais. Peut-être. N’empêche qui "s’attaclent" à plus fort qu’eux ! "Allez EVREUX tes supporters sont là !" Le second quart sera autant en emporte Le Portel ! La période glaciaire continue. La température est quasi constante : - 15. Un pic à - 21 et un léger radoucissement plus tard nous permettra de perdre de - 15 seulement. Ouf ! C’est fini ! Que c’est long un match quand rien tourne rond ... Mais où qui z’étaient les gars qu’on connaît ? On les a pas reconnus ... Perdre les pédales lors d’une finale, ça la fout mal. À bâbord, de bonheur on déborde ! Explosion !!! À tribord, de douleur on se tord. Incompréhension !!! La Pro A, ce sera pas encore pour cette fois. Mais les Jaunes et Bleus ne sont jamais en demi-teinte et vont sincèrement féliciter les finalistes. Une saison comme ça, on l’oubliera pas. Des bravos, des photos, des accolades, des rigolades, des souvenirs, des rires. On est diplômé de Finale. C’est génial. Merci Jo, B.A, Drake, Pierre-Étienne, Kévin, Babacar, Pape, Mathis, Guillaume, Bastien. Merci à Laurent et Sylvain. Avec vous, ce soir, on ne fait plus qu’un. Le retour sur EVREUX sera, malgré tout, joyeux. On a chanté, mangé, rigolé et parlé. De quoi ? De l’avenir de l’ALM. C’est quoi cette question ?!!!! "ALM ALM ALM" "ALM TES SUPPORTERS SONT LÀ !" Et ils le seront toujours pour toi.   Mes amis, merci de m’avoir permis de vibrer à vos côtés ! MHD, qui se met à chanter !

 

01/07/16 - 10h20  |  En ce début du mois de Juillet, toute l’équipe de l’ALM Evreux basket vous souhaite de Bonnes Vacances ! Pour ceux qui ne sont pas encore abonnés pour la saison à venir, Delphine se tiendra à votre disposition à partir du Lundi 25 Juillet ! En attendant, vous pouvez trouver toutes les infos pour vous abonner et télécharger le formulaire d’abonnement (à remplir et à renvoyer au bureau du club) sur notre site internet : Pro B - Billetterie - Abonnements.
PS : Le bureau de l’ALM sera fermé la semaine du 18 au 22 Juillet inclus.

 

Devenir Bénévole ?

Vous souhaitez aider le Club de l'ALM Evreux Basket en tant que bénévole ?

Contactez-nous

Ligue Nationale de Basket
Evreux Ville
Département de l'Eure
Région Normandie
Evreux Portes de Normandie
Fédération Francaise de Basket Ball

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. J'ai compris