Actualités

POINT SUR LA SITUATION DE L’ALM EVREUX

POINT SUR LA SITUATION DE L’ALM EVREUX

Patrick Roussel et Neno Asceric font le bilan

Conséquences de la crise sanitaire, préparation de la prochaine saison, état d’avancement du recrutement : Patrick Roussel, président de l’ALM Evreux Basket Eure, et Neno Asceric, entraineur principal de notre formation, ont fait le point sur tous ces sujets pour vous.


Avant d’aborder les différents points évoqués en introduction, Patrick Roussel a tenu à adresser un message particulier à l’issue de cette période inédite pour notre pays :

 

« C’est un plaisir pour moi de vous reparler de basket avec des perspectives et il ne servait pas à grand-chose de communiquer sans connaitre les décisions qui devaient être prises par la LNB, chose faite maintenant.

Auparavant quelques mots sur ce que nous venons de vivre et qui a changé nos comportements.

Face à cette pandémie qui s’est abattue sur la planète entière, nous avons autour de nous été touchés par la disparition d’êtres chers, d’amis, de voisins. Permettez moi d’avoir une pensée pour toutes ces personnes.

Durant cette même période, nous avons assisté à une formidable mobilisation dans de nombreux domaines, notamment dans celui de la santé. Des femmes et des hommes en faisant simplement leur travail quotidien nous ont donné une leçon de vie, d’exemple et de courage. Merci et bravo à eux.

Je sais également que comme la majorité des entreprises à l’heure actuelle, nos partenaires privés ont souffert de cette crise. Certains se retrouvent dans des situations financières difficiles, voire plus. Je leur souhaite de pouvoir tenir, se redresser et se projeter vers un avenir meilleur. »

 


LES CONSEQUENCES DE LA CRISE SANITAIRE

Cette crise sanitaire du Covid-19 n’a pas permis à l’édition 2019/2020 du championnat de Pro B d’arriver à son terme. Le mercredi 27 Mai, l’assemblée générale extraordinaire de la LNB a ainsi statué de la fin de cet exercice, considéré comme une année blanche.

 

« Ce qui a été plutôt bien, à l’inverse de certaines ligues, c’est que l’assemblée générale a été décisionnaire, au lieu d’un comité directeur par exemple, estime Patrick Roussel. Tout le monde a pu voter, même si on peut regretter que les clubs de Jeep Elite possédaient deux voix contre une seule pour les clubs de Pro B.

Dans tous les cas, il y a eu des décisions nettes et précises. Je trouve un peu dommage que Blois n’ait pas été récompensé pour ses trois années de travail mais une décision collective a été prise et il faut l’accepter. 

La seule chose qu’on peut regretter dans cette période, c’est un peu l’individualisme de certains dirigeants, dont les propos ont démontré que les intérêts collectifs devenaient parfois secondaires. »

 

Le choix entériné par cette assemblée générale va donc entrainer des conséquences sur la relation entre le club de l’ALM Evreux Basket Eure et ses parties prenantes (abonnés et partenaires) à l’issue de cette saison avortée.

 

« Six matchs devaient encore se disputer à domicile, rappelle le président de l’ALM Evreux Basket Eure. Concernant tout d’abord les partenaires, il est important de retenir que cette période a été très difficile au niveau économique et que certaines entreprises ne savent pas encore s’ils pourront retrouver une activité normale.

Nous reprenons actuellement contact avec chacun d’entre eux, au cas par cas, pour voir ce qu’il est possible de faire par rapport à cette saison et à l’année prochaine. L’apport de ces partenaires est primordial au modèle économique de notre club. »

 

Cette forte démarche de dialogue instaurée avec les soutiens privés du club va également s’appliquer avec les abonnés aux rencontres de la saison 2019/2020 de l’ALM Evreux Basket Eure.

 

« Je suppose que beaucoup d’entre eux ont été frustrés de ne pas pouvoir assister à cette fin de saison, où notre équipe commençait à repartir de l’avant, regrette Patrick Roussel. Nous allons dialoguer avec nos abonnés, afin de réfléchir à la meilleure solution envisageable pour les deux parties.

Nous avons la volonté de faire un effort vis-à-vis de nos plus fidèles supporters mais il faut garder en tête l’objectif de pérennisation du club. Nous avons besoin du soutien de tous : c’est ensemble, avec nos partenaires et nos supporters, que l’on repartira de l’avant. »

 

En effet, la crise sanitaire que traverse aujourd’hui encore la France n’est pas sans conséquence pour l’économie du sport professionnel. L’arrêt des compétitions a ainsi représenté une perte importante pour des clubs comme l’ALM, comme le détaille Patrick Roussel :

 

« Cette crise sanitaire va avoir un impact sur notre budget. Comme une grande majorité des clubs de la LNB, nous allons avoir une capacité financière en baisse. Notre bilan sera en déficit et nous devrons être vigilants. Certes une situation délicate, mais pas préoccupante. Comme un certain nombre d’entreprises et de clubs, nous allons recourir au PGE (prêt garanti par l’état) afin de traverser cette période difficile et pour surmonter nos problèmes de trésorerie si besoin.

En revanche, nous avons défini comme priorité de conserver la même masse salariale pour la saison prochaine. L’ALM doit rester compétitif au niveau sportif et le maintien de cette enveloppe salariale est une condition sine qua non pour y parvenir. »

 

LE RECRUTEMENT EFFECTUÉ À CE JOUR

Le recrutement pour la prochaine saison est déjà bien avancé à ce jour. Six joueurs professionnels se sont donc déjà engagés sous les couleurs ébroïciennes pour l’exercice 2020/2021. Trois d’entre eux ont prolongé leur aventure dans l’Eure, en la personne d’Antoine Wallez (pour deux saisons), de Fabien Paschal (deux ans également) et de Jhornan Zamora.

 

« Ce dont je suis très content, c’est qu’un certain nombre de joueurs cette saison ont choisi de continuer l’aventure avec nous, affirme le président de l’ALM Evreux Basket Eure. Les années précédentes, le turnover était important et le club souhaitait vraiment conserver un socle pour la nouvelle saison. »

 

Neno Asceric, le coach invaincu de l’ALM jusqu’ici, se satisfait également de la prolongation des trois joueurs cités. Le technicien serbe nous a d’ailleurs offert sa vision de chacun d’eux :

 

« Antoine possède un gros potentiel et une marge de progression importante. Je voulais continuer de travailler avec lui et le développer. C’est déjà un bon joueur mais il peut être encore bien meilleur.

Fabien, à mon avis, a un potentiel qui n’est pas assez exploité. Je ne sais pas pourquoi mais il possède beaucoup plus de talent qu’il ne l’a encore montré dans sa carrière. Il a encore du temps pour exprimer 100% de son potentiel. S’il revient dans un bon état physique au début de la préparation après cette longue pause, Fabien peut être une vraie révélation cette année et apporter plus.

Jhornan est un joueur que je voulais vraiment garder. Je l’apprécie pour son fort caractère, il a un gros mental, une forte intelligence de jeu. C’était donc important qu’il reste et lui aussi était motivé à rester. Je suis heureux de sa signature et il sera un joueur expérimenté dans une équipe assez jeune. Il jouera aussi le rôle de relais pour moi sur le terrain. »

 

Un autre visage connu des supporters de l’ALM aurait pu faire son retour à la Salle Omnisports à la rentrée avec Mathis Dossou-Yovo. Seulement, ce ne sera pas le cas et l’intérieur français reviendra sans doute dans notre antre en tant qu’adversaire lors de la prochaine saison.

 

« Il aurait pu y avoir une 4e prolongation avec Mathis Dossou-Yovo mais tout ne s’est pas passé comme prévu, explique Patrick Roussel. Nous avions trouvé un accord verbal avec lui, son agent et l’entraineur de Chalon. Ils ont profité de notre offre écrite pour faire monter les enchères et aller voir ailleurs.

C’est regrettable que ces personnes n’aient pas de parole mais c’est désormais du passé et, ce qui m’intéresse, c’est l’avenir. »

 

Un futur qui verra notamment trois nouveaux joueurs porter le maillot ébroicien, à savoir Anthony Da Silva, Dimitri Radnic et Pedro Barral. Evoluant encore dans le championnat espoirs cette année, les deux premiers joueurs cités vont véritablement lancer leur carrière professionnelle cette saison.

 

« J’aime bien lancer les jeunes et je n’ai jamais eu peur de leur donner la chance de jouer, affirme Neno Asceric. Pour Anthony, je parlais avec Philippe (son père) depuis un certain temps et c’était important pour moi de l’intégrer à l’effectif, d’autant plus qu’il a été formé à Evreux. Sa compréhension de jeu et son QI basket vont lui permettre d’être à l’aise dans nos systèmes.

Je ne connaissais pas Dimitri. Mais quand son agent m’a proposé ce profil, j’ai tout de suite vu à la vidéo un garçon qui me plaisait. Ce n’est pas quelqu’un qui joue beaucoup de son physique mais il a quelque chose dans son jeu qui peut lui permettre de devenir un très bon joueur.

Il a beaucoup de secteurs à travailler mais j’ai vu un joueur qui a un bon caractère, qui n’a pas peur d’aller au cercle et, comme Anthony, qui comprend très bien le jeu. Il est aussi très créatif et c’est quelque chose que j’apprécie.

D’une manière générale, il faut faire attention avec les joueurs qui sortent du championnat espoirs. La transition avec une division professionnelle est une période délicate d’une carrière. Il ne faut pas presser le joueur, il faut le laisser s’adapter petit à peu pour qu’il prenne conscience de sa faculté de jouer à ce niveau. Nous devons avoir de la patience avec Anthony et Dimitri mais j’ai confiance en eux. »

 

La patience voulue par l’entraineur ébroicien est illustrée par la durée du contrat signé par les deux joueurs, s’étendant jusqu’en 2022. Trois des six membres de l’effectif à ce jour bénéficient en ce sens d’un contrat de deux ans, ce qui témoigne de la volonté du club de construire un véritable projet autour du staff en place.

La dernière recrue annoncée cette semaine, l’international argentin Pedro Barral, sera quant à lui un maillon essentiel de la formation ébroïcienne à la rentrée, comme le souligne Patrick Roussel :

 

« On a beaucoup discuté en interne sur le fait qu’on souhaitait avoir un vrai patron dans l’équipe à la mène. C’est sans doute ce qu’il nous a manqué cette saison comme lors des dernières années. Il a montré en Argentine qu’il était un vrai leader et il faut maintenant espérer qu’il s’adaptera très vite à un nouveau contexte.

On a la chance d’avoir une consonnance latine sur la base arrière, ce qui devrait faciliter son intégration, mais c’est aussi à nous de bien l’accueillir pour le mettre dans les meilleures conditions possibles. »

 

Un avis partagé par l’entraîneur de l’ALM, qui a grande confiance en son futur meneur.

 

« Dès que j’ai vu Pedro, ses highlights, je me suis dit que ce joueur était très bon, souligne Neno Asceric. Quand j’observe un joueur, je regarde ses actions avant de faire une analyse plus profonde où je regarde des matchs entiers. Il m’a plu tout de suite.

Ce que j’aime chez lui, c’est son leadership. Il n’a pas peur de prendre les shoots importants en fin de match, il est courageux et a beaucoup de confiance en lui. Je trouve qu’il ressemble beaucoup à Facundo Campazzo. Je l’avais scouté avant qu’il ne parte en Espagne. Et, selon moi, il a de nombreux points communs avec lui.

Je suis persuadé qu’il va faire une belle carrière en Europe. C’est la première fois qu’il quitte son pays mais avec son caractère, sa confiance, je ne pense pas que cela va poser un problème. Jhornan sera là pour l’aider, Tony Da Silva parle aussi espagnol. Je crois vraiment qu’on a fait une bonne pioche avec lui. »

 

LES PISTES POUR COMPLÉTER L’EFFECTIF

Pour les pièces manquantes au roster de l’ALM la saison prochaine, le coach serbe a dû revoir ses plans à la suite de la non-signature de Mathis Dossou-Yovo.

 

« A l’origine, on voulait resigner Mathis et c’était quasiment fait pour moi. Mais on doit dorénavant passer à autre chose et changer notre stratégie. A ce jour, je cherche un intérieur Bosman ou Cotonou, un ailier Bosman ou Cotonou et un poste 3/4 JFL. Ce sont les trois éléments que je cherche actuellement.

J’ai une idée du profil de joueurs que je veux mais cela ne colle pas toujours avec ce qu’il se passe en réalité. Par exemple, à l’intérieur, j’aimerai bien trouver un joueur athlétique, capable de jouer sur les postes 4 et 5. Il pourrait ainsi aider Fabien sur le poste de pivot où il est toujours difficile d’avoir des certitudes sur les joueurs. Il y a plusieurs réflexions et je réfléchis à la meilleure option.

Pour le poste 3/4 JFL, je voudrais un joueur ambitieux, motivé à venir chez nous et avec une marge de progression. Sachant que le marché des JFL n’est pas si grand, je ne sais pas si je trouverai exactement ce profil mais je souhaite aller vers cette direction. J’ai déjà une touche assez avancée avec un joueur et j’espère que cela aboutira.

Finalement, pour le poste 3 Bosman / Cotonou, je voudrais trouver un joueur complémentaire à Barral et Zamora. J’ai aussi quelques pistes mais rien n’est encore décidé pour ce cas. Si on trouve deux forts joueurs sur les postes 3 et 5, on pourrait vraiment avoir un cinq de départ très intéressant. »

 

Avec deux victoires lors des deux matchs qu’il a dirigés, Neno Asceric n’oublie naturellement pas de parler des autres joueurs constituant le groupe ébroicien cette saison, mais qui ne prolongeront pas dans l’Eure pour différentes raisons.

 

« On souhaitait bien sûr garder Paul mais il a eu une offre de Pro A et je suis content pour lui qu’il rejoigne ce championnat. Florent avait une option pour rester mais il a voulu rejoindre un autre projet.

Comme je l’ai déjà dit, on voulait aussi garder Mathis mais je ne regrette pas de ne pas l’avoir signé s’il ne souhaitait pas vraiment venir. Je regrette plutôt car j’avais un bon contact avec un joueur que l’on aurait pu signer à l’intérieur mais j’avais donné ma parole à Mathis. Et quand j’ai compris que cela ne se ferait pas avec lui, l’autre joueur avait déjà signé ailleurs en France. Mais ce qui est négatif aujourd’hui peut devenir positif plus tard. On va peut-être trouver un autre très bon joueur à l’intérieur qui nous donnera entièrement satisfaction.

Pour Jerrold, c’est un bon garçon et un très bon meneur mais je cherchais plutôt un profil gestionnaire comme Pedro. En tant que back-up à la mène, je voulais lancer un jeune joueur pour ce poste et c’est pour cela que nous n’avons pas continué avec Ibra.

Concernant Stojan, il pouvait aussi être très intéressant pour moi mais je voulais responsabiliser davantage Antoine. De plus, avec notre échec pour signer Mathis, notre stratégie a changé et je veux trouver un JFL à son poste. Son profil ne collait donc plus à l’équipe.

Finalement pour Ruphin, c’est aussi un très bon joueur mais je lui avais annoncé que je pensais responsabiliser davantage Mathis et c’est pour cette raison que je lui ai indiqué que je ne comptais pas sur lui pour l’année prochaine. »

 

LA PRÉPARATION DE LA PROCHAINE SAISON

Connaissant déjà 2/3 des membres de son effectif professionnel l’année prochaine, Neno Asceric nous a donné les grandes lignes de sa philosophie de jeu de son nouveau groupe.

 

« Je vais insister beaucoup sur l’aspect défensif naturellement, note l’entraineur ébroïcien. On l’a vu sur les deux premiers matchs où j’ai coaché en fin de saison que la défense de l’équipe était appliquée.

En attaque, je pense qu’on aura une équipe très créative, avec beaucoup de talent. On se basera là-dessus mais je souhaite aussi que notre socle soit la défense. »

 

Pour mettre en place ce plan, le staff ébroicien sera dans l’obligation de composer avec un facteur inédit lors de la prochaine saison : la durée d’inactivité des joueurs. Après un repos forcé de cinq mois, la préparation physique jouera un rôle clé dans le cadre du retour au jeu.

 

« La pause a été très longue et j’espère que les joueurs sont conscients de la nécessité de travailler afin de garder une certaine condition physique, conclut Neno Asceric. Il y aura eu cinq mois d’arrêt en tout et ce sera difficile à la reprise pour les joueurs qui n’auraient pas essayé de garder la forme. »

 

Au niveau organisationnel, de nombreuses inconnues demeurent aujourd’hui sur les conditions d’accueil du public pour les rencontres de la saison 2020/2021. Si l’hypothèse du huis clos a été exclu par la LNB, une limitation de l’affluence des salles est envisageable. L’ALM Evreux Basket Eure appliquera les décisions prises par le gouvernement.

 « On jouera sans doute avec un quota ou un % de spectateurs au mois de Septembre, à moins que la situation sanitaire permette un retour à la normale, estime Patrick Roussel. Comme pour toute l’industrie du spectacle, si c’était le cas, cela sera un casse-tête pour faire respecter les mesures barrière. Une difficulté supplémentaire à prendre en compte pour nous. On est encore dans le flou sur ce point.

L’avenir nous dira la manière dont on pourra recevoir de nouveau nos supporters. La santé des personnes étant la priorité, on s’adaptera. Comme vous toutes et tous, nous avons hâte de vous retrouver et d’entendre à nouveau vibrer la salle. »

 

 

Une place ?

Vous souhaitez une place pour le prochain match de basket ?

Billetterie

Ligue Nationale de Basket
Evreux Ville
Département de l'Eure
Région Normandie
Evreux Portes de Normandie
Fédération Francaise de Basket Ball

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. J'ai compris

Fermer

Accès direct au siteNe plus afficher