Actualités

INTERVIEW DE DIMITRI RADNIC

INTERVIEW DE DIMITRI RADNIC

"La Pro B est le bon championnat pour moi"

Signataire de son premier contrat professionnel avec l’ALM Evreux Basket Eure pour les deux prochaines saisons, Dimitri Radnic a notamment discuté avec nous de sa formation, ses échanges avec Neno avant de signer ainsi que ses objectifs pour ses débuts en Pro B.

 

Comment vas-tu à la sortie de ce contexte particulier ?

Ça va très bien ! J’avais eu une luxation de l’épaule au début du confinement donc cette période m’a permis de me soigner de manière sereine. Cela m’a aussi permis de rentrer chez ma famille, ce qui fait du bien comme je n’avais plus l’habitude de revenir les voir pendant une si longue période.

Ils habitent dans une petite ville à la campagne donc j’ai sans doute mieux vécu ce confinement que d’autres personnes dans des zones plus peuplées. Le basket me manquait un peu mais j’étais bien malgré tout.

 

Ton épaule est-elle totalement rétablie ou tu dois encore effectuer des soins ?

J’ai vu le kiné il y a près de trois semaines qui m’a indiqué que c’était bon de ce côté. J’ai encore une petite pointe mais c’est normal comme celle-ci est un peu « rouillée » avec le manque de pratique. Il m’a dit que je n’avais plus besoin de soins et que je n’aurais plus de douleur dès que je recommencerai à jouer pour la faire travailler.

 

Tu viens de signer ton premier contrat professionnel avec l’ALM en Pro B. Est-ce que tu considères cela comme une forme d’aboutissement ?

C’était un objectif à court terme d’avoir un contrat professionnel à la sortie de mes saisons en espoirs. Je voulais avoir du temps de jeu pour la prochaine saison, tout en restant dans le milieu professionnel. J’aurais pu chercher un contrat dans des divisions inférieures pour avoir l’assurance de jouer peut-être plus mais je souhaitais vraiment évoluer à ce niveau. C’est donc une petite forme d’aboutissement de rejoindre un très bon club de Pro B.

 

Avant de parler de ton arrivée à Evreux, revenons sur ta formation. Tu as suivi un parcours assez atypique pour un jeune espoir français, avec une éclosion tardive ?

C’est vrai que j’ai eu un parcours différent de la norme. J’ai dû changer de club au cours de ma formation, en rejoignant Vichy avant de revenir à Dijon. Ensuite, mon rôle n’était pas très important à la JDA lors de ma première saison en espoirs et j’ai seulement véritablement explosé au milieu de ma deuxième année dans cette catégorie.

J’ai notamment profité du fait que le groupe n’avait qu’un meneur pour me décaler à ce poste de temps en temps et gagner en responsabilité. Cette saison, j’ai pris davantage les rênes de l’équipe comme j’avais la confiance du coach et de mes coéquipiers.

 

Ta dernière saison à la JDA au contact du groupe professionnel a dû être très formatrice ? Qu’est ce que tu as appris de certains joueurs ?

J’ai appris beaucoup sur tous les plans. Déjà avec David Holston et Axel Julien à mon poste, qui sont deux gros calibres en Jeep Elite, j’ai beaucoup progressé. Axel m’a par exemple donné beaucoup de conseils sur la manière de se comporter selon les situations.

Ils auraient pu me laisser de côté comme je ne prétendais pas à avoir un rôle important dans l’équipe mais ils m’ont tout de suite bien intégrée. Jeremy Leloup m’a quant à lui beaucoup conseillé sur la partie extra-sportive. D’une manière générale, ils ont tous été bienveillants avec moi.

 

Est-ce qu’il y a des secteurs particuliers où tu as franchi un cap lors de cette dernière saison grâce à tes séances quotidiennes avec eux ?

Je pense que j’ai progressé un peu dans tous les domaines. Si j’ai passé un cap, c’est sans doute au niveau de la confiance comme j’ai eu l’occasion d’avoir du temps de jeu avec les pros. Je me suis aussi amélioré concernant ma dextérité balle en main, où je suis beaucoup plus à l’aise dorénavant. Avant, j’étais un pur arrière et le fait de jouer le rôle de meneur m’a permis de gagner en polyvalence, d’avoir la faculté de dicter le tempo.

 

Au cours de tes apparitions avec le groupe professionnel, quelle est la plus grande différence que tu as constaté au niveau du jeu par rapport aux espoirs ?

Ce qui m’a surpris au début, aussi bien en match qu’à l’entrainement, c’est la vitesse de jeu. A Dijon, notre rythme était très soutenu et on relançait toutes les balles. En espoirs, tu peux prendre le temps de souffler sur quelques séquences mais ce n’est plus du tout le cas avec les pros. Dès que tu perds une balle, il n’y a aucune question à se poser et il faut repartir.

Il y a aussi beaucoup plus de dureté quand tu joues avec les pros, où tous les adversaires jouent de cette manière. Ce sont donc ces deux aspects de jeu qui font la plus grande différence selon moi. Les premiers entrainements ont été compliqués sur ces points mais je suis adapté au fur et à mesure.

 

Tu vas découvrir à la rentrée le championnat de Pro B. Que penses-tu de cette division ?

Je pense que c’est un bon championnat pour moi comme je dois progresser sur ma dureté physique. Ce n’est pas un aspect avec lequel je joue beaucoup jusqu’ici mais évoluer dans cette division va me permettre de progresser pour cela. C’est la Pro B qui peut m’apporter ce qu’il manque à mon jeu actuellement.

 

Pourquoi avoir privilégié le projet ébroïcien pour cette nouvelle saison ?

J’ai été en contact assez rapidement avec le coach. Si je ne dis pas de bêtises, les premiers échanges se sont déroulés vers la fin du mois d’Avril ou le début du mois de Mai. Mes agents étaient en discussion avec deux ou trois autres clubs à ce moment. Neno m’a appelé et on a pu discuter pendant une trentaine de minutes. Il ne m’a pas vendu du rêve mais il m’a clairement parlé de son projet du jeu et du fait qu’il n’avait pas eu peur de lancer des jeunes quand il coachait Lille notamment.

Aujourd’hui, la grande majorité des entraineurs ont peur de faire jouer des jeunes au niveau professionnel mais Neno m’a clairement dit que j’aurais ma chance si je travaillais bien. Il m’a aussi bien cerné au niveau de mon jeu et c’est ce qui m’a beaucoup plu. Finalement, Damien (Bouquet) que je connais et qui est passé par le club m’a dit le plus grand bien de l’ALM.

 

Est-ce que tu avais une certaine connaissance de l’ALM Evreux avant de signer ici ?

Damien m’a dit qu’il y avait une très belle ambiance dans la salle lors des matchs. Il m’a aussi indiqué que les supporters étaient très sympathiques, avec une structure assez familiale. Mon agent est originaire de l’Eure et m’a aussi parlé en bien de la ville. Apparemment, cela respire basket là-bas et c’est le sport principal à Evreux donc j’ai hâte de voir ça.

 

Pour cette première saison professionnelle, tu vas quitter ta région d’origine pour rejoindre la Normandie. Est-ce que tu appréhendes un peu ce changement ?

Ce n’est pas quelque chose qui me dérange comme je suis parti au pôle espoirs dès mes 13 ans. Même si ma famille habite à proximité de Dijon et pouvait venir quasiment à chaque match auparavant, je sais qu’ils viendront le plus souvent possible voir des rencontres de l’ALM.

Avec la Coupe d’Europe cette année, je suis dorénavant habitué à beaucoup bouger donc ce n’est pas du tout l’éloignement qui me fait peur. Le monde professionnel demande tout simplement ce genre de sacrifice.

 

Tu as été formé au poste d’arrière mais tu peux également jouer meneur. As-tu eu justement l’occasion de discuter avec le coach de ton utilisation à la rentrée ?

Lors de nos discussions, je lui ai indiqué que j’avais une préférence en tant qu’arrière, où j’ai été formé, et c’est vraisemblablement la position que j’occuperai le plus souvent l’année prochaine. En revanche, Neno m’a expliqué qu’il percevait ces deux postes comme assez semblables. Par exemple, cela ne le dérange pas que l’arrière remonte la balle et que le meneur se décale.

 

Quels sont les objectifs que tu te fixes, à titre personnel, pour ta première saison professionnelle ?

Le plus important pour moi c’est de jouer. Apporter ma contribution, sans en faire trop, au groupe. Je ne demande pas 30 minutes de jeu bien évidemment mais j’espère avoir un petit rôle dans l’effectif et montrer que je peux le remplir correctement.

Mon objectif est donc d’être sur le terrain le plus régulièrement possible et de prouver que j’ai le niveau pour jouer en Pro B, même en sortant de la catégorie espoirs. Je n’ai aucun complexe vis-à-vis de cela et j’espère le montrer.

 

Est-ce que tu as un message à adresser aux supporters pour conclure ?

J’espère tout d’abord que le plus grand nombre de supporters pourra être présent à la salle pour le premier match à domicile malgré le contexte actuel. Je souhaite les voir très nombreux et on fera le maximum pour répondre à leurs attentes.

On va essayer de remporter un maximum de rencontres et pourquoi pas accrocher les Play-Offs. Je leur donne donc rendez-vous pour le premier match à la salle afin d’aller chercher un premier succès et bien lancer la saison !

 

 

Une place ?

Vous souhaitez une place pour le prochain match de basket ?

Billetterie

Ligue Nationale de Basket
Evreux Ville
Département de l'Eure
Région Normandie
Evreux Portes de Normandie
Fédération Francaise de Basket Ball

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. J'ai compris

Fermer

Accès direct au siteNe plus afficher